My Future, Our Society : A Call for Action

 

Suite à notre étude sur les perspectives d'avenir des jeunes adultes et la publication du livre de Mark Elchardus "Au-delà du déclin" en 2015, la Fondation P&V a organisé une conférence-débat en mai 2016, autour de la question du « déclinisme » ou le sentiment de déclin dans notre société.

Le succès rencontré par cette première édition nous a encouragés à organise une nouvelle conférence-débat le 23 mai 2017 à 18h au Studio 1 de Flagey à Bruxelles. Cette fois, nous avons abordé un thème qui résulte également de l'étude des attentes futures des jeunes adultes : l'aliénation politique des jeunes et la nécessité de revitaliser l'action collective.

Seulement 16% des jeunes affirment compter encore sur la politique pour les aider à résoudre leurs problèmes. Cette perte de confiance en l’action collective est alarmante, pas seulement parce qu’elle encourage le développement d’un système où l’individu est laissé seul avec ses responsabilités, mais aussi parce que les individus ne comprennent plus que la réussite de leurs projets et rêves personnels comme par exemple, un emploi stable, une maison confortable, des écoles de qualité et une assurance sociale convenable, passe aussi par l’action collective.


C’est pour cette raison que la Fondation P&V a lancé en 2016 un appel à projets destiné à des organisations qui travaillent pour et avec des jeunes, qui ensemble veulent créer un projet afin de trouver des solutions à leurs problèmes et de réaliser leur rêve, notamment concernant le travail, la santé, l’habitat, la mobilité, l’enseignement,…Notre objectif est de conscientiser les jeunes sur le fait qu’ils peuvent, grâce à l’action collective, et également en dialogue avec des autres acteurs tels que les autorités (locales) et les institutions publiques, résoudre leurs problèmes et réaliser leur rêves. Ensuite, nous souhaiterions interpeller les institutions politiques afin qu’elles puissent jouer leur rôle au mieux face aux problèmes et aux souhaits des jeunes.

Les lauréats de cet appel à projets ont été révélés le 23 mai . Ensuite, des orateurs inspirants belges et étrangers, spécialistes des sujets tels que la démocratie, l’action collective, et l’individualisme, ont pris la parole et ont engagé un débat.



Les orateurs

Nous avons eu l'honneur d'accueillir, Agathe Cagé, Paul Dekker et Raphaël Glucksmann. Ces orateurs ont été précédés d'Olivier Servais, professeur d’anthropologie et président de la Fondation qui a introduit cette nouvelle édition et a annocé les lauréats de l'appel à projet.

 

Agathe Cagé a été la directrice adjointe de la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem, jusqu'à ce qu'elle devienne, début 2017, secrétaire générale de la campagne présidentielle de Benoît Hamon. Pour faire des propositions innovantes sans adhérer à un parti, elle a cofondé avec sa sœur jumelle Julia Cagé en 2008 le think tank Cartes sur table , dont elle est toujours présidente, qui a pour objectif de permettre aux jeunes d’être des acteurs majeurs du débat public.

Paul Dekker est directeur de recherche dans le secteur de la participation, la culture et de l'environnement au SCP (Sociaal en Cultureel Planbureau) aux Pays-Bas. Il est également professeur de société civile à l'université de Tilburg.

Raphaël Glucksmann est un essayiste et documentariste français qui veut proposer une alternative au 'discours réactionnaire' actuel en France et en Europe. En 2015, il publie Génération gueule de bois. Son dernier livre paru est Notre France, Dire et aimer ce que nous sommes (Allary Éditions, 2016).

 

Les participants à la discussion


Nous avons également invité quelques experts belges du monde académique et/ou du terrain à répondre aux présentations des intervenants et à stimuler le débat, en particulier Tine de Moor, Dries Gysels et Philippe Van Parijs.


- Philippe Van Parijs : Philosophe belge de renommée internationale qui enseigne à l'UCL où il est président de la Chaire Hoover d'éthique économique et sociale, ainsi qu'à Oxford University. En 2011, il a reçu le Prix de l'arche de la parole libre. Il est également très actif dans la société. Il y a quelques années, par exemple, il a été l'un des initiateurs de Picnic The Streets, une action visant à rendre la ville plus agréable à vivre.

- Dries Gysels : Inspirateur et coordinateur du laboratoire Gantois Lab van Troje. Lab van Troje est une organisation qui relie les citoyens, les entreprises et les gouvernements. Grâce à des expériences stratégiquement choisies, Lab van Troje acquiert une expérience concrète et nous montrons dans la pratique que des changements structurels sont possibles. Il est également l'organisateur de la première édition belge de burgemeesteracademie, une formation sur mesure pour les fonctionnaires qui souhaitent initier un changement durable par la co-création et la participation. Il est membre de la génération T, une initiative d'Acte4Change et de The Shift, visant à construire un réseau solide de jeunes qui travaillent pour une société durable.

- Tine de Moor : Professeur d'histoire sociale et économique à l'Université d'Utrecht. La recherche de Tine sur les institutions pour l'action collective s'inscrit dans le droit fils du débat animé sur la montée en puissance des collectifs dits citoyens : toutes sortes d'auto-organisations, comme dans le secteur de l'énergie et de la santé, liées au débat sur le recul du gouvernement et l'échec du marché libre. Historienne et écologiste de formation, elle considère l'interdisciplinarité comme l'un des points forts de sa démarche. Elle est membre de la Dutch Young Academy, une plateforme dynamique et innovante de jeunes scientifiques de haut niveau ayant une vision de la science et de la politique scientifique

Quelques questions comme fil conducteur :

  • Dans la société de plus en plus individualiste, comment pouvons-nous
  • encore dire « nous » ?
  • Comment les jeunes peuvent-ils encore tenter de réaliser leurs rêves communs et leurs ambitions ?
  • Comment concilier rêves/ besoins individuels et action collective ?
  • Quelles sont les possibilités pour la société d’aujourd’hui, pour un meilleur « vivre ensemble » ?
  • Comment pouvons-nous encourager l'unité dans cette société, un sentiment partagé de communauté, de destin partagé ?
  • Comment les partis politiques, les mouvements et les acteurs sociaux, peuvent-ils travailler pour encourager plus d’action collective de la part de chaque individu en général, et des jeunes en particulier ?

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

 

PHOTOS ET VIDÉOS DU DÉBAT

Pour les photos du débat, regardez ici.

Pour les vidéos du débat, cliquez ici.

 

Avec le soutien de la