My Future, Our Society : A Call for Action

                                                                


Suite à notre étude sur les perspectives d'avenir des jeunes adultes et la publication du livre de Mark Elchardus "Au-delà du déclin" en 2015, la Fondation P&V a organisé une conférence-débat en mai 2016, autour du « déclinisme » ou du sentiment de déclin dans notre société.

Le succès rencontré par cette première édition nous a encouragés à organiser une nouvelle conférence et débat le 23 mai 2017 à 18h dans le studio 1 de Flagey à Bruxelles. Cette année donc, nous avons choisi d’aborder un thème qui découle également des études menées par la Fondation P&V : l’aliénation politique (des jeunes) et le besoin de revitaliser l’action collective.

Seulement 16% des jeunes affirment compter encore sur la politique pour les aider à résoudre leurs problèmes. Cette perte de confiance en l’action collective est alarmante, pas seulement parce qu’elle encourage le développement d’un système où l’individu est laissé seul avec ses responsabilités, mais aussi parce que les individus ne comprennent plus que la réussite de leurs projets et rêves personnels comme par exemple, un emploi stable, une maison confortable, des écoles de qualité et une assurance sociale convenable, passe aussi par l’action collective.

C’est pour cette raison que la Fondation P&V a lancé en 2016 un appel à projets destiné à des organisations qui travaillent pour et avec des jeunes, qui ensemble veulent créer un projet afin de trouver des solutions à leurs problèmes et de réaliser leur rêve, notamment concernant le travail, la santé, l’habitat, la mobilité, l’enseignement,…Notre objectif est de conscientiser les jeunes sur le fait qu’ils peuvent, grâce à l’action collective, et également en dialogue avec des autres acteurs tels que les autorités (locales) et les institutions publiques, résoudre leurs problèmes et réaliser leur désirs. Ensuite, nous souhaiterions interpeller les institutions politiques afin qu’elles puissent jouer son rôle au mieux face aux problèmes et aux souhaits des jeunes.

Les lauréats de cet appel à projets ont été révélés le 23 mai. Ensuite, des orateurs inspirants belges et étrangers, spécialistes des sujets tels que la démocratie, l’action collective, et l’individualisme, ont pris la parole et engagé un débat.

 

Les orateurs

Nous avons eu l'honneur d'accueillir Agathe Cagé, Paul Dekker et Raphaël Glucksmann. Ces orateurs étaient précédés par Olivier Servais, professeur d’anthropologie et président de la Fondation qui a introduit cette nouvelle édition.

Agathe Cagé est diplômée de Normale Sup et de l'ENA. Après avoir commencé sa carrière à la fonction publique au sein du ministère de l'Intérieur français, elle est ensuite devenue la directrice adjointe de la ministre de l’Education. Elle se passionne pour ces sujets scolaires qu’elle découvre et qu'elle résume en une phrase: «Fabriquer de l’égalité autrement que dans les textes.». Début 2017, Benoît Hamon la nomme secrétaire générale de sa campagne présidentielle. Pour faire des propositions innovantes sans adhérer à un parti, elle a lancé en 2008 avec sa sœur jumelle Julia Cagé, un think tank baptisé Cartes sur table. Il réunit de jeunes contributeurs de 20 à 35 ans issus d’horizons divers et à pour objectif de permettre aux jeunes d’être des acteurs majeurs du débat public.

 

Paul Dekker a étudié les Sciences Politiques à la Katholieke Universiteit Nijmegen et à la Freie Universität Berlin. Il dirige le secteur de recherche Participatie, Cultuur en Leefomgeving (Participation, Culture et Environnement) au SCP (Sociaal en Cultureel Planbureau/ Bureau du Plan Social et Culturel) aux Pays-Bas. Il est également professeur de société civile à l’Université de Tilburg. Ses recherches portent sur l’opinion publique, les attitudes politiques et sociales et sur la participation (citoyenne). Il apparait régulièrement dans les médias via ses nombreux articles, dont « Democracy always comes first » : Adolescents’ views on decision-making in everyday life and political democracy (avec H.Nieuwelink, F. Geijsel et G. ten Dam), Activism and civil society: Broadening political participation (avec R.A. Feenstra), et Tocqueville did not write about soccer clubs: Participation in voluntary associations and political involvement.


Raphaël Glucksmann diplômé de l’Institut d’Etudes politiques de Paris, est un essayiste et un réalisateur de films documentaires qui veut proposer une alternative au ‘discours réactionnaire’, selon lui actuel en France et en Europe. En 2015, il publie Génération gueule de bois,  son appel à reprendre le combat idéologique face à une série de valeurs qui sont aujourd'hui dominantes et menacent notre démocratie. Son dernier livre s’intitule Notre France, Dire et aimer ce que nous sommes (Allary Éditions, 2016), ou l'histoire oubliée de la France humaniste et cosmopolite. Face à la tentation du repli qui submerge la France, il affirme qu’il est temps de « reprendre le récit français des mains de ceux qui l'avilissent ».

Les intervenants

Nous avons également invité quelques spécialistes belges comme Tine De Moor, Dries Gysels et Philippe Van Parijs, à réagir aux présentations des orateurs et à stimuler le débat.

  • Philippe Van Parijs : Ce philosophe belge enseigne à l'UCL où il est responsable de la Chair Hoover d'éthique économique et sociale, et  à Oxford et jouit d'une reconnaissance internationale. Il est reconnu comme ardent défenseur du revenu universel. A ce titre, il a fondé en 1986, le Basic Income Earth Network. Avec Paul De Grauwe, il est également coordinateur de l'initiative Re-Bel (Re-penser les institutions de la Belgique dans le contexte européen), qui effectue une réflexion innovante autour du fonctionnement de notre Etat. En 2001, il a reçu le prix Francqui, leprix universitaire belge le plus prestigieux. En 2011, il a reçu le Prix l'Arche de la Parole libre. Il est également très actif dans le domaine social. Il était il y a quelques années, l'un des initiateurs de Pic-nic The Streets, une action citoyenne qui vise à rendre nos villes plus agréables à vivre.

 

  • Dries Gysels : Créateur et coordinateur du Lab van Troje. Le Lab van Troje est un organisme public qui fait le lien entre les entreprises et les gouvernements. Lab van Troje propose des actions concrète sur le terrain dans le but de démontrer que des changements structurels sont possibles aujourd'hui dans nos viles. Grâce à une expérience comme www.leefstraat.be par exemple, l'organisation démontre aujourd'hui à quoi la ville durable de demain pourrait ressembler. Actuellement il accompagne deux projets en cours à Rotterdam,  autour de la mobilité durable dans un futur proche. Il a également lancé la première édition belge de burgermeesteracademie, une formation sur mesure pour encourager les fonctionnaires publics à initier des changements durables grâce à la co-création et la participation. Il est membre de Generation T, une initiative lancée par Act4Change et The Shift et axée sur le renforcement d'un solide réseau de jeunes qui travaillent pour une société durable. 

 

  • Tine De Moor :Elle est professeur d'histoire sociale et économique à l'Université d'Utrecht. Les recherches de Tine sur les Institutions pour l'action Collective s'intègrent parfaitement dans le débat actuel au sujet de la montée des soi-disant collectifs de citoyens: les formes d'auto-organisation, comme le secteur de l'énergie et des soins de santé, en lien avec le débat sur le retrait de l'Etat et l'échec du marché libre. Selon elle, l'ajout d'une perspective historique enrichi la discussion et tout en affirmant son  engagement envers la science. A la fois historienne et écologiste, elle voit l'interdisciplinarité comme l'un des points forts de son approche scientifique. Elle est également membre de la Jonge Akademie néerlandaise, une plate-forme dynamique et innovante dédiée aux jeunes scientifiques avec en point de mire la politique scientifique et la science. La Jonge Akademie organise des activités inspirantes pour différents groupes cibles, autour de l'interdisciplinarité, la politique scientifique et de la science et de la société.

Quelques idées de questions en fil rouge:

  • Dans la société de plus en plus individualiste, comment pouvons-nous encore dire « nous » ?

 

  • Comment les jeunes peuvent-ils encore tenter de réaliser leurs rêves communs et leur ambitions ?

 

  • Comment concilier rêves/ besoins individuels et action collective ?

 

  • Quelles sont les possibilités pour la société d’aujourd’hui, pour un meilleur « vivre ensemble » ? Comment pouvons-nous encourager l'unité dans cette société, un sentiment partagé de communauté, de destin partagé ?

 

  • Comment les partis politiques, les mouvements et les acteurs sociaux, peuvent-ils travailler pour encourager plus d’action collective de la part de chaque individu en général, et des jeunes en particulier?

Le Programme

Le 23 Mai 2017 de 18h à 21h30, dans le studio 1 à Flagey.

18h: accueil avec boissons et sandwichs

18h30 – 19h : Introduction par Olivier Servais et présentation des lauréats de l'appel à projet My Future, Our Society

19h-19h15 : Agathe Cagé

19h15-19h30 : Paul Dekker

19h30-19h45 : Raphaël Glucksmann

19h45-20h15 : Tine De Moor, Dries Gysels et Philippe Van Parijs réagissent aux présentations

20h15-21h : débat modéré par Béatrice Delvaux du Soir et Han Renard du Knack.

21h – 21h40 : drink de clôture de la conférence. 

 

Traduction simultanée français-néerlandais.

 

La participation à la conférence est gratuite, mais l'inscription est obligatoire.

Inscrivez-vous à la conférence du 23 mai ici.

 

Revue de presse

Découvrez ici les articles qui ont été publiés dans la presse autour de notre conférence!

 

Photos de la conférence

Pour les photos de la conférence, c'est ici.

Avec le soutien de