My Future, Our Society : A Call for Action

 

Suite à notre étude sur les perspectives d'avenir des jeunes adultes et la publication du livre de Mark Elchardus "Au-delà du déclin" en 2015, la Fondation P&V a organisé une conférence-débat en mai 2016, autour de la question du « déclinisme » ou le sentiment de déclin dans notre société.

Le succès rencontré par cette première édition nous a encouragés à organise une nouvelle conférence-débat le 23 mai 2017 à 18h au Studio 1 de Flagey à Bruxelles. Cette fois, nous avons abordé un thème qui résulte également de l'étude des attentes futures des jeunes adultes : l'aliénation politique des jeunes et la nécessité de revitaliser l'action collective.

Seulement 16% des jeunes affirment compter encore sur la politique pour les aider à résoudre leurs problèmes. Cette perte de confiance en l’action collective est alarmante, pas seulement parce qu’elle encourage le développement d’un système où l’individu est laissé seul avec ses responsabilités, mais aussi parce que les individus ne comprennent plus que la réussite de leurs projets et rêves personnels comme par exemple, un emploi stable, une maison confortable, des écoles de qualité et une assurance sociale convenable, passe aussi par l’action collective.


C’est pour cette raison que la Fondation P&V a lancé en 2016 un appel à projets destiné à des organisations qui travaillent pour et avec des jeunes, qui ensemble veulent créer un projet afin de trouver des solutions à leurs problèmes et de réaliser leur rêve, notamment concernant le travail, la santé, l’habitat, la mobilité, l’enseignement,…Notre objectif est de conscientiser les jeunes sur le fait qu’ils peuvent, grâce à l’action collective, et également en dialogue avec des autres acteurs tels que les autorités (locales) et les institutions publiques, résoudre leurs problèmes et réaliser leur rêves. Ensuite, nous souhaiterions interpeller les institutions politiques afin qu’elles puissent jouer leur rôle au mieux face aux problèmes et aux souhaits des jeunes.

Les lauréats de cet appel à projets ont été révélés le 23 mai . Ensuite, des orateurs inspirants belges et étrangers, spécialistes des sujets tels que la démocratie, l’action collective, et l’individualisme, ont pris la parole et ont engagé un débat.



Les orateurs

Nous avons eu l'honneur d'accueillir, Agathe Cagé, Paul Dekker et Raphaël Glucksmann. Ces orateurs ont été précédés d'Olivier Servais, professeur d’anthropologie et président de la Fondation qui a introduit cette nouvelle édition et a annocé les lauréats de l'appel à projet.

 

Agathe Cagé a été la directrice adjointe de la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem, jusqu'à ce qu'elle devienne, début 2017, secrétaire générale de la campagne présidentielle de Benoît Hamon. Pour faire des propositions innovantes sans adhérer à un parti, elle a cofondé avec sa sœur jumelle Julia Cagé en 2008 le think tank Cartes sur table , dont elle est toujours présidente, qui a pour objectif de permettre aux jeunes d’être des acteurs majeurs du débat public.

Paul Dekker est directeur de recherche dans le secteur de la participation, la culture et de l'environnement au SCP (Sociaal en Cultureel Planbureau) aux Pays-Bas. Il est également professeur de société civile à l'université de Tilburg.

Raphaël Glucksmann est un essayiste et documentariste français qui veut proposer une alternative au 'discours réactionnaire' actuel en France et en Europe. En 2015, il publie Génération gueule de bois. Son dernier livre paru est Notre France, Dire et aimer ce que nous sommes (Allary Éditions, 2016).

 

Les participants à la discussion


Nous avons également invité quelques experts belges du monde académique et/ou du terrain à répondre aux présentations des intervenants et à stimuler le débat, en particulier Tine de Moor, Dries Gysels et Philippe Van Parijs.


- Philippe Van Parijs : Philosophe belge de renommée internationale qui enseigne à l'UCL où il est président de la Chaire Hoover d'éthique économique et sociale, ainsi qu'à Oxford University. En 2011, il a reçu le Prix de l'arche de la parole libre. Il est également très actif dans la société. Il y a quelques années, par exemple, il a été l'un des initiateurs de Picnic The Streets, une action visant à rendre la ville plus agréable à vivre.

- Dries Gysels : Inspirateur et coordinateur du laboratoire Gantois Lab van Troje. Lab van Troje est une organisation qui relie les citoyens, les entreprises et les gouvernements. Grâce à des expériences stratégiquement choisies, Lab van Troje acquiert une expérience concrète et nous montrons dans la pratique que des changements structurels sont possibles. Il est également l'organisateur de la première édition belge de burgemeesteracademie, une formation sur mesure pour les fonctionnaires qui souhaitent initier un changement durable par la co-création et la participation. Il est membre de la génération T, une initiative d'Acte4Change et de The Shift, visant à construire un réseau solide de jeunes qui travaillent pour une société durable.

- Tine de Moor : Professeur d'histoire sociale et économique à l'Université d'Utrecht. La recherche de Tine sur les institutions pour l'action collective s'inscrit dans le droit fils du débat animé sur la montée en puissance des collectifs dits citoyens : toutes sortes d'auto-organisations, comme dans le secteur de l'énergie et de la santé, liées au débat sur le recul du gouvernement et l'échec du marché libre. Historienne et écologiste de formation, elle considère l'interdisciplinarité comme l'un des points forts de sa démarche. Elle est membre de la Dutch Young Academy, une plateforme dynamique et innovante de jeunes scientifiques de haut niveau ayant une vision de la science et de la politique scientifique

Quelques questions comme fil conducteur :

  • Dans la société de plus en plus individualiste, comment pouvons-nous
  • encore dire « nous » ?
  • Comment les jeunes peuvent-ils encore tenter de réaliser leurs rêves communs et leurs ambitions ?
  • Comment concilier rêves/ besoins individuels et action collective ?
  • Quelles sont les possibilités pour la société d’aujourd’hui, pour un meilleur « vivre ensemble » ?
  • Comment pouvons-nous encourager l'unité dans cette société, un sentiment partagé de communauté, de destin partagé ?
  • Comment les partis politiques, les mouvements et les acteurs sociaux, peuvent-ils travailler pour encourager plus d’action collective de la part de chaque individu en général, et des jeunes en particulier ?

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

 

PHOTOS ET VIDÉOS DU DÉBAT

Pour les photos du débat, regardez ici.

Pour les vidéos du débat, cliquez ici.

 

Avec le soutien de la

 

Evénement final “My Future, Our Society”



Le 8 mai 2019, la Fondation P&V a organisé une conférence à 10h à BOZAR, Bruxelles pour conclure son vaste programme de recherche et d'action sur l'action collective des jeunes.

Programme

En matinée, plusieurs orateurs inspirants ont partagé leurs expériences de terrain avec le public :

Dans l'après-midi, les huit lauréats de notre appel à projet et quelques organisations partenaires ont présenté leurs résultats lors de divers ateliers.

Plus d'informations sur les ateliers ici.

Après un intermède orchestré par le groupe des Troubadours et la visite (selon vos envies) de l'exposition Next Generation Please! à Bozar, un débat sur la revitalisation de l'action collective chez les jeunes a suivi.

Découvrez le programme complet de notre événement final.

Découvrez la vidéo de la journée.

                                            

Les Orateurs

Pepijn Kennis, asbl Toestand

Coordinateur et véritable moteur de l'asbl Toestand qui vise à réactiver temporairement les bâtiments et les espaces abandonnés ou oubliés de la ville par le dialogue, la création, l'autonomie et l'action avec les (jeunes) habitants locaux. Toestand a récemment reçu le prix Ultima pour son travail socioculturel avec des adultes.

Pour voir sa présentation (powerpoint) c'est ici.

​​​​​Julie Foulon, MolenGeek, Girleek

Fondatrice de Girleek, une plate-forme pour inspirer et renforcer la présence des femmes dans le secteur des technologies de l'information, et de MolenGeek, une école de programmation et un espace de coworking, tous deux basés à Molenbeek. Elle a récemment reçu le Gender Award et le Global Citizenship Award pour MolenGeek.

 

​​​​​​Victoria Anderica, Madrid City Council

Directrice du Transparency Project de la ville de Madrid, qui a lancé "Decide Madrid", une plateforme en ligne pour faciliter la participation directe et individuelle des citoyens aux affaires urbaines et publiques. Victoria est pécialisée en matière d'accès à l'information publique, de liberté d'information, d'expression et de participation citoyenne.

Pour voir sa présentation (powerpoint) c'est ici.

​​​​​​​​​​Michel Pradolini, City Pirates

Entrepreneur à succès et engagé socialement, Michel est fondateur et président de City Pirates, un projet social et un club de football bénéficiant d'un large soutien. Il a reçu le Prix de la Citoyenneté de la Fondation P&V en 2018.

Pour voir le film de présentation c'est ici.

 

Anne Muxel, Sciences Po Paris

Anne Muxel est professeur et directrice de recherche au CEVIPOF (Centre de recherches politiques de Sciences Po Paris). Elle a coordonné plusieures publications et divers projets nationaux et internationaux ayant comme sujet les jeunes et la politique, ou encore la participation politique et la transmission intergénérationnelle des attitudes et des comportements.

Gary Pollock, Manchester Metropolitan University

Directeur et Professeur de sociologie à la Manchester Metropolitan University. Il mène depuis plus de vingt ans des recherches (européennes) sur les attitudes sociales et politiques, la participation et l'engagement des jeunes.

Pour voir sa présentation (powerpoint) c'est ici.

 

Jacquelien van Stekelenburg, Université d'Amsterdam

​​​​​​​Professeur de changement social et de conflit à l'Université d'Amsterdam. Ses intérêts de recherche sont les mouvements sociaux, l'action collective, la participation et la mobilisation en ligne et hors ligne, ainsi que les motivations de s'engager dans des activités de protestation.

Pour voir sa présentation (powerpoint) c'est ici.

 

Découvrez les biographies complètes des intervenants.

Contexte


Seulement 16 % des jeunes adultes comptent sur la politique pour les aider à résoudre leurs problèmes ou à réaliser leurs rêves. Ce sentiment d’aliénation politique est fortement ancré dans l'esprit de 2 000 jeunes adultes interrogés dans le cadre du livre « Au-delà du déclin » de Mark Elchardus (2015). Ils comptent principalement sur eux-mêmes, leur famille et une bonne portion de chance.

Cependant, la politique perd son sens si les gens ne réalisent pas qu'un bon travail, une maison confortable, un quartier agréable, des rues sûres, de l'aide en cas de maladie, ... sont très fortement liés à des conditions collectives.

Pour contrer cette "aliénation politique", le nouveau projet pluriannuel de la Fondation P&V a voulu réconcilier jeunes et jeunes adultes avec l'engagement social et la politique au sens large. La première phase consistait en un appel à organisations au sens large qui travaillent avec et pour les jeunes. Des organisations qui, volontairement et collectivement, voulaient mettre sur pied un projet pour trouver une solution à un problème auquel les jeunes devaient faire face ou pour réaliser un rêve. Ceci dans les domaines du travail, de la santé, de l'habitat, de la mobilité, de l'éducation, etc.

Notre objectif général : faire prendre conscience aux jeunes que par l'action collective, et en dialogue avec d'autres acteurs, y compris les autorités (locales) et les institutions publiques, ils peuvent résoudre leurs problèmes personnels ou réaliser leurs rêves. En outre, avec ce projet, nous espérions rendre les institutions politiques plus sensibles aux problèmes et aux souhaits des jeunes.

Dès la fin octobre 2016, nous avons reçu 137 dossiers de candidatures. Un jury d'experts a sélectionné huit lauréats qui ont chacun reçu une bourse et ont été suivis pendant un an et demi. Quatre projets viennent de Flandre (J100, Cachet, EW32 et Vrienden van de Put), deux de Bruxelles (Scouts des Marolles et Ades) et deux de Wallonie (Couleur Café asbl et Maison de jeunes de Jalhay-Sart).

Depuis le début de notre projet, diverses conférences et débats ont été organisés, des projets ont été soutenus et des progrès ont été accomplis. Pour conclure "My Future, Our Society", nous réunirons les lauréats, nous inviterons des orateurs inspirants - chacun spécialisé dans un domaine spécifique dans le thème l'action collective - et organiserons différents workshops..

Avec ce dernier événement du 8 mai, nous souhaitions présenter les 8 projets lauréats et leur expérience, leurs "good practices", ainsi que l’ensemble de notre appel à projet. Nous en avons également profité pour réunir des chercheurs, des experts, des acteurs de terrain, des jeunes et des responsables politiques, ainsi que le grand public, belge et étranger, dans le but d’identifier les mesures politiques qui pourraient être prises pour aider à lutter contre l'aliénation politique des jeunes et à revitaliser l'action collective dans notre société.

 

Découvrez les vidéos de présentation des lauréats de "My Future, Our Society".

 

Présentations des Workshops (powerpoint)


Workshop 1 : " Youth (re)making the neighbourhood"


 

Workshop 2: "Youth influencing local policy making"


 

Workshop 3 : "Ways to give youngsters a voice and ressurces to take action"


 

Revue de presse

Nos Partenaires

 
​​​​​​​
​​​​​​​

My Future, Our Society : A Call for Action

 

Suite à notre étude sur les perspectives d'avenir des jeunes adultes et la publication du livre de Mark Elchardus "Au-delà du déclin" en 2015, la Fondation P&V a organisé une conférence-débat en mai 2016, autour de la question du « déclinisme » ou le sentiment de déclin dans notre société.

Le succès rencontré par cette première édition nous a encouragés à organise une nouvelle conférence-débat le 23 mai 2017 à 18h au Studio 1 de Flagey à Bruxelles. Cette fois, nous avons abordé un thème qui résulte également de l'étude des attentes futures des jeunes adultes : l'aliénation politique des jeunes et la nécessité de revitaliser l'action collective.

Seulement 16% des jeunes affirment compter encore sur la politique pour les aider à résoudre leurs problèmes. Cette perte de confiance en l’action collective est alarmante, pas seulement parce qu’elle encourage le développement d’un système où l’individu est laissé seul avec ses responsabilités, mais aussi parce que les individus ne comprennent plus que la réussite de leurs projets et rêves personnels comme par exemple, un emploi stable, une maison confortable, des écoles de qualité et une assurance sociale convenable, passe aussi par l’action collective.


C’est pour cette raison que la Fondation P&V a lancé en 2016 un appel à projets destiné à des organisations qui travaillent pour et avec des jeunes, qui ensemble veulent créer un projet afin de trouver des solutions à leurs problèmes et de réaliser leur rêve, notamment concernant le travail, la santé, l’habitat, la mobilité, l’enseignement,…Notre objectif est de conscientiser les jeunes sur le fait qu’ils peuvent, grâce à l’action collective, et également en dialogue avec des autres acteurs tels que les autorités (locales) et les institutions publiques, résoudre leurs problèmes et réaliser leur rêves. Ensuite, nous souhaiterions interpeller les institutions politiques afin qu’elles puissent jouer leur rôle au mieux face aux problèmes et aux souhaits des jeunes.

Les lauréats de cet appel à projets ont été révélés le 23 mai . Ensuite, des orateurs inspirants belges et étrangers, spécialistes des sujets tels que la démocratie, l’action collective, et l’individualisme, ont pris la parole et ont engagé un débat.



Les orateurs

Nous avons eu l'honneur d'accueillir, Agathe Cagé, Paul Dekker et Raphaël Glucksmann. Ces orateurs ont été précédés d'Olivier Servais, professeur d’anthropologie et président de la Fondation qui a introduit cette nouvelle édition et a annocé les lauréats de l'appel à projet.

 

Agathe Cagé a été la directrice adjointe de la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem, jusqu'à ce qu'elle devienne, début 2017, secrétaire générale de la campagne présidentielle de Benoît Hamon. Pour faire des propositions innovantes sans adhérer à un parti, elle a cofondé avec sa sœur jumelle Julia Cagé en 2008 le think tank Cartes sur table , dont elle est toujours présidente, qui a pour objectif de permettre aux jeunes d’être des acteurs majeurs du débat public.

Paul Dekker est directeur de recherche dans le secteur de la participation, la culture et de l'environnement au SCP (Sociaal en Cultureel Planbureau) aux Pays-Bas. Il est également professeur de société civile à l'université de Tilburg.

Raphaël Glucksmann est un essayiste et documentariste français qui veut proposer une alternative au 'discours réactionnaire' actuel en France et en Europe. En 2015, il publie Génération gueule de bois. Son dernier livre paru est Notre France, Dire et aimer ce que nous sommes (Allary Éditions, 2016).

 

Les participants à la discussion


Nous avons également invité quelques experts belges du monde académique et/ou du terrain à répondre aux présentations des intervenants et à stimuler le débat, en particulier Tine de Moor, Dries Gysels et Philippe Van Parijs.


- Philippe Van Parijs : Philosophe belge de renommée internationale qui enseigne à l'UCL où il est président de la Chaire Hoover d'éthique économique et sociale, ainsi qu'à Oxford University. En 2011, il a reçu le Prix de l'arche de la parole libre. Il est également très actif dans la société. Il y a quelques années, par exemple, il a été l'un des initiateurs de Picnic The Streets, une action visant à rendre la ville plus agréable à vivre.

- Dries Gysels : Inspirateur et coordinateur du laboratoire Gantois Lab van Troje. Lab van Troje est une organisation qui relie les citoyens, les entreprises et les gouvernements. Grâce à des expériences stratégiquement choisies, Lab van Troje acquiert une expérience concrète et nous montrons dans la pratique que des changements structurels sont possibles. Il est également l'organisateur de la première édition belge de burgemeesteracademie, une formation sur mesure pour les fonctionnaires qui souhaitent initier un changement durable par la co-création et la participation. Il est membre de la génération T, une initiative d'Acte4Change et de The Shift, visant à construire un réseau solide de jeunes qui travaillent pour une société durable.

- Tine de Moor : Professeur d'histoire sociale et économique à l'Université d'Utrecht. La recherche de Tine sur les institutions pour l'action collective s'inscrit dans le droit fils du débat animé sur la montée en puissance des collectifs dits citoyens : toutes sortes d'auto-organisations, comme dans le secteur de l'énergie et de la santé, liées au débat sur le recul du gouvernement et l'échec du marché libre. Historienne et écologiste de formation, elle considère l'interdisciplinarité comme l'un des points forts de sa démarche. Elle est membre de la Dutch Young Academy, une plateforme dynamique et innovante de jeunes scientifiques de haut niveau ayant une vision de la science et de la politique scientifique

Quelques questions comme fil conducteur :

  • Dans la société de plus en plus individualiste, comment pouvons-nous
  • encore dire « nous » ?
  • Comment les jeunes peuvent-ils encore tenter de réaliser leurs rêves communs et leurs ambitions ?
  • Comment concilier rêves/ besoins individuels et action collective ?
  • Quelles sont les possibilités pour la société d’aujourd’hui, pour un meilleur « vivre ensemble » ?
  • Comment pouvons-nous encourager l'unité dans cette société, un sentiment partagé de communauté, de destin partagé ?
  • Comment les partis politiques, les mouvements et les acteurs sociaux, peuvent-ils travailler pour encourager plus d’action collective de la part de chaque individu en général, et des jeunes en particulier ?

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

 

PHOTOS ET VIDÉOS DU DÉBAT

Pour les photos du débat, regardez ici.

Pour les vidéos du débat, cliquez ici.

 

Avec le soutien de la