Décrochage scolaire et chômage des jeunes: la Fondation P&V sélectionne et soutient financièrement 6 projets innovants et efficaces

Le mercredi 19 février 2014, les 6 projets qui recevront une bourse de la Fondation P&V dans le cadre de la lutte contre le décrochage scolaire et le chômage des jeunes ont été présentés. Parmi les six projets, on compte deux projets bruxellois, deux projets flamands et deux projets wallons.

La Fondation P&V soutient votre action contre le décrochage scolaire et le chômage des jeunes !

 

Priorité européenne majeure : éviter de perdre une génération

Les jeunes sont les premières victimes du chômage qui frappe l'Europe et ses grandes villes et les populations les plus vulnérables. En décembre 2013, 23,7 % des jeunes d'Europe âgés de 15 à 24 ans étaient sans emploi. Dans certains pays et certaines grandes villes, le taux de chômage des jeunes atteint même 58 %. Le chômage touche tous les jeunes, mais principalement les moins qualifiés. Beaucoup redoutent une « génération perdue » qui voit s'amenuiser ses chances d'un avenir meilleur par la combinaison du décrochage scolaire et du chômage.

La Belgique se situe environ dans la moyenne européenne en ce qui concerne les deux problématiques. Il existe cependant de grandes différences entre les Régions et les Communautés. La Flandre affiche un pourcentage de chômage des jeunes de 12,8%, tandis que la Région Wallonne et la Région de Bruxelles-Capitale affichent des pourcentages de 27,1 % et 36,4 % respectivement. A Bruxelles, 62% des jeunes chômeurs sont au chômage depuis plus de 6 mois, contre 55 % en Wallonie et 35 % en Flandre. Bien que la Flandre obtienne un bon score par rapport aux indicateurs précités, le fossé entre les possibilités d'emploi des jeunes et des adultes y est très grand, plus grand que dans les deux autres régions. De plus, la Flandre semble avoir un marché du travail nettement différencié pour les jeunes. Les jeunes qui ne sont pas titulaires d'un diplôme de l'enseignement secondaire ont en Flandre deux fois plus de chances que les jeunes diplômés supérieurs de se retrouver au chômage.

Suivant les chiffres les plus récents, la Belgique commence à prendre du retard en ce qui concerne le décrochage scolaire. Par rapport à 2009, on constate même une légère hausse du nombre de jeunes quittant prématurément l'école en Belgique (12 % en 2012 par rapport à 11.1 % en 2009), alors que la plupart des autres pays européens présentaient une tendance à la baisse. Ici également, il existe cependant de grandes différences entre les régions. Alors qu'en 2012 8,7 % des jeunes en Flandre quittaient l'école sans diplôme, les chiffres grimpent jusque 14,8 % en Wallonie et 20,1 % à Bruxelles. Les jeunes d'origine étrangère ont deux fois plus de chances de quitter l'école sans diplôme que les jeunes nés en Belgique.
 

Projet trisannuel de la Fondation P&V contre le décrochage scolaire et le chômage des jeunes

Pour les raisons citées plus haut, la Fondation P&V a mis sur pied un vaste programme qui combine la recherche scientifique et des actions concrètes. Ce programme vise à inciter aussi bien les décideurs politiques que les travailleurs de terrain à mettre au point de nouvelles mesures politiques, à donner à des initiatives innovantes et performantes une chance de se développer, à diffuser des actions en vue de mener aussi efficacement que possible la lutte contre le décrochage scolaire et le chômage des jeunes, et à soutenir les jeunes qui ont quitté ou qui menacent de quitter l'enseignement sans diplôme et/ou qui n'ont ou ne trouvent pas de travail.

Mark Elchardus, président de la Fondation P&V, explique les raisons pour lesquelles la Fondation a lancé ce projet : Notre société ne peut pas se permettre d'avoir une génération perdue de jeunes. Il est regrettable que les analyses de la société portent plus d'attention à la croissance économique qu'au taux de chômage et de décrochage scolaire des jeunes; on s'intéresse plus souvent à la croissance qu'au futur de nos jeunes et de notre économie. En tant que fondation, nous ne voulons pas que plaider, mais aussi agir. Donner de meilleures chances aux jeunes pour l'acquisition de compétences et pour leur insertion sur le marché du travail sont les objectifs concrets que nous voulons atteindre avec ce projet.

Le programme a débuté en 2012 par un appel à articles lancé à des milliers de scientifiques de toute l'Europe. Un jury international a sélectionné 9 contributions gagnantes parmi les 40 articles, qui se distinguaient par leur vision originale et étayée de la problématique. Les articles récompensés ont ensuite fait l'objet d'un colloque au Parlement européen ainsi que d'une publication Early school leaving and youth unemployment (LannooCampus & Amsterdam University Press).

Ensuite un large appel à projets traitant de la problématique sur le terrain belge a été lancé. À la date limite de candidature, le 5 octobre 2013, la Fondation a reçu 245 dossiers issus de toute la Belgique. Un jury d'experts belges a sélectionné six projets qui recevront des bourses entre les 10.000€ en 50.000€. En 2014, ces projets seront suivis très attentivement et seront évalués par la Fondation P&V. Les résultats de ce suivi et de cette évaluation ainsi que le projet trisannuel complet, de même que des recommandations politiques qui pourront en être déduites, seront présentés lors d'une grande manifestation finale qui aura lieu début 2015.

Les projets suivants recevront une bourse attribuée par la Fondation P&V :

Vormingscentrum Foyer – Roma Plus (Bruxelles)

Projet visant à accompagner des jeunes très exclus issus de l'immigration (pour la plupart des jeunes Roms) vers l'enseignement et le travail et à améliorer ainsi leur intégration à l'école et sur le marché du travail. Concrètement, ce projet cherche à améliorer les instruments de screening et d'accompagnement de parcours, la création de liens de partenariat, mais aussi la mise en place d'un suivi nécessaire parce que ces jeunes, même à plus de 18 ans, ont besoin de soutien et de conseil.

   

Odyssee – Accompagner des ados en rupture scolaire (Bruxelles)

Asbl qui recherche les jeunes sur le point de décrocher de l'école, et les aide à reprendre le fil. En collaboration avec 17 écoles bruxelloises, des jeunes en décrochage scolaire sont accompagnés en vue d'un retour à l'école, notamment en analysant ensemble les causes de leur échec et en travaillant intensivement sur leur motivation, leur valeur propre et un projet personnel, et en offrant des ateliers de groupe pour les jeunes ainsi que formations pour les enseignants et les éducateurs.

   

Werkvormm – Junior Engineering (Anvers)

Organise des ateliers du temps libre destinés à permettre aux enfants et aux jeunes  (5eme & 6eme années de l'enseignement fondamental et 1er degré de l'enseignement secondaire) de faire connaissance avec la technique, leur faire découvrir leur éventuel talent technique, éveiller de cette manière leur intérêt pour une formation technique et leur orienter via un choix positif vers l'enseignement secondaire technique ou professionnel (et de cette façon essayer de contrer le risque d'un échec scolaire ultérieur).

  • Personne de contact
    Chris Bryssinckx, coordinateur général, 0499/38.20.27, 
    chris@werkvormm.be

  

Perspectives – Technologie numériques du spectacle (Flémalle)

Projet par lequel des jeunes de 18 à 24 ans, peu qualifiés et/ou chômeurs de longue durée, suivent pendant 9 mois une formation technique de base et collaborent à un spectacle son et lumière. Cette formation leur offre l'avantage d'acquérir une série d'autres compétences de base (mathématiques, informatique, électricité, mais aussi collaboration, organisation, …) qui sont utiles pour trouver un emploi, même dans d'autres secteurs.

  

De Schoolbrug – Du chaos au bien-être en classe (Anvers)

Parcours d'accompagnement interne à l'école, par lequel le corps enseignant, les classes et les parents coopèrent pour prévenir l'échec scolaire (tant à la préparation et l'exécution qu'au suivi). Un travail de prévention est effectué à l'intérieur de l'école et le projet peut de ce fait être différent de tous les autres projets externes de « time-out » mis en œuvre en dehors de l'école.

  

La Teignouse AMO – Tuteurs pour grandir (Comblain-Au-Pont)

Un projet conçu et réalisé par et pour les jeunes, par lequel de jeunes écoliers ou étudiants élargissent leurs connaissances auprès de condisciples d'école ou d'études plus âgés et plus expérimentés, et où les deux 'parties' sont soutenues de différentes manières ('petits contrats' mutuels, suivi, accompagnement et formation, feedback et évaluation, …).

   

Téléchargement